« Mains dans la poche »

Tout d’abord, bonne et heureuse année à toi, lecteur ! J’espère que ce sera pour toi l’occasion de franchir le pas, si tu ne l’as pas déjà fait, et de tenter le kilt ou tout autre jupe.

Comme je l’avais annoncé, j’écris désormais pour le blog de l’association Hommes en Jupe. L’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous et il est difficile d’alimenter deux blogs  traitant du même sujet. Toutefois, voici un article que je réserve à Kiltoblog.

Les mains dans les poches

Le gros problème du kilt, c’est qu’il n’a pas de poche ! Quand on a l’habitude d’y planquer ses mains inactives et divers objets du quotidien… c’est tout de même bien embêtant. Voilà pourquoi on porte le sporran ! Mais va-t-en mettre les deux mains dedans pour avoir l’air décontracté ! De plus, cette sacoche est parfois gênante, sans compter que son achat peut-être reporté, faute d’un budget limité.

J’ai donc trouvé la parade, grâce à une veste en velours de coupe cycliste ! Outre le fait qu’elle est colorée, elle possède deux poches de hanche dans lesquelles viendront facilement prendre place les mains désœuvrées ou d’autres objets. De plus, sa coupe s’arrêtant aux hanches sied merveilleusement bien au kilt et autorise le port du sporran, pour ceux qui ne voudraient pas l’abandonner.

sans sporran

Comme la veste est rouge, j’ai décidé de garder des habits très neutres : kilt National grey avec ses flashes, bas noirs, T-shirt à manche longue noir ou blanc. Même la broche du kilt est discrète puisque c’est un chat noir et gris, qui reprend donc les couleurs du tartan. J’ai agrémenter ma veste d’un pins qui reprend également des couleurs de la tenue et se fond avec l’habit (il s’agit d’une reproduction d’un insigne d’escadrille : on ne se refait pas !). J’ai choisi d’opposer ces deux broches, le long d’une diagonale, pour qu’elles se rappellent l’une à l’autre.

Je pense qu’on arrive à une tenue plus moderne. Cela aurait pu être accentué en utilisant des chaussettes montantes qui ne nécessitent pas de jarretière pour tenir en place ou en remplaçant les flashes assorties au kilt par un modèle rouge comme la veste. Mais encore faut-il avoir cela en stock !

Et vous, que pensez-vous de cette tenue ?

Habit du jour XVI

Un habit moderne pour un kilt moderne !

Premier ensemble avec mon néo-kilt Cornouailles de chez Hiatus, très inspiré de l’habit du jour I. J’ai simplement ajouté mon day sporran noir, acheté récemment et fait l’impasse sur les flashes. Lire la suite

L’habit du jour XII

Voilà le fameux ensemble au pull vert-bizarre avec mes nouvelles flashes :

Ma copine, en voyant cette tenue, m’a dit :

C’est très frais comme tenue, les couleurs sont très printanières.

°° Qu’en pensez-vous ? °°

L’habit du Jour XI

Hier, j’ai de nouveau testé ma jupe bleue. J’ai opté pour un ensemble relativement masculin et habillé, avec une chemise et une cravate. Comme il commence à faire froid, j’ai mis des collants sombres semi-opaques (idéals quand on a beaucoup de poils) Lire la suite

A bicycletteuh ! III

En début de semaine dernière, j’ai décidé d’expérimenter le vélo avec un vrai kilt. L’idée n’était pas de partir de bon matin sur les chemins, mais de réaliser un trajet urbain. Un déplacement de la vie quotidienne, quoi :

  • Par rapport à ma jupe Hiatus, il y a moins d’inconfort provoqué par la remontée du vêtement, par contre le sporran est gênant pour pédaler. L’idéal serait de le positionner à la ceinture, sur le côté.
  • En revanche, dans une descente, le kilt s’est pris dans les rayons. Pour la suite du tajet, j’ai donc dû faire gaffe, ce qui limite le plaisir. Un garde-jupe aurait donc été apprécié.
  • C’était prévisible, la descente de « monture » avec un cadre haut reste délicate et périlleuse pour la bienséance. Il vaut mieux donc investir dans un « vélo de femme », au cadre plus bas.

Conclusion : le kilt ou la jupe à vélo, c’est possible, moyennant quelques aménagements et l’utilisation d’une bicyclette adaptée. Toutefois, je réserve ces habits pour un court trajet urbain ; pour une vraie balade, je préfère garder les vêtements spécialement adaptés.

Et vous (femmes et hommes), le vélo en jupe, qu’en pensez-vous ? Quelles sont vos impression si vous avez déjà tenté ? Aimez-vous ? Je ramasse dans 3h !

Nota : Il existe des jupes de vélo pour femme : il s’agit d’une jupe combinée à un cycliste amovible ; ce n’est pas compatible avec ma conception du port de la jupe et je ne suis pas certain que la coupe de la jupe soit très seyante sur un homme. Qu’en dites-vous ?

Porter le kilt de façon moderne

À la faveur d’un temps gris me laissant supposer un rafraichissement des températures, j’ai ressorti mon kilt Menez du. En fait de refroidissement, il s’agissait plutôt d’un adoucissement des températures, mais le vêtement c’est avéré parfaitement adapté aux circonstance : me procurant le confort et la chaleur que j’en attendais. Lire la suite

Habit de fête

Voici la tenue que je portais pour la Saint-Sylvestre. Outre le kilt en tartan national breton, avec ma broche celtique, mon semi-dress sporran et les flashes reprenant le tartan, j’ai mis une chemise banche avec des broderies en forme de feuille sur le devant, un nœud papillon – parce que c’est plus classe que la cravate – et une veste Argyll (marque Tartanista), qui est un des deux modèles de veste portables avec un kilt (l’autre étant la Prince Taylor). Le chic ultime eut été d’avoir un gilet… mais chaque chose en son temps. Et bien sûr on opte pour des chaussures basses ; l’idéal ce sont les ghillies brogues, mais ici elles sont d’un humble modèle plus passe-partout.avatar