Détecteur de pervers(es)

Un détecteur de persers(es) ?

Le bal des actions déplacées

Lundi, j’allais à un rendez-vous en kilt National grey, quand un gars, du genre jeune gouailleur, m’a lancé en s’époumonant :

T’es à poil ?

J’aurais bien voulu lui répondre Non, à plumes ! mais je ne l’ai même pas vu… sans doute était-il dans une voiture à l’arrêt ou à la fenêtre de son logement.

Samedi après-midi, alors que je sortais d’un restaurant avec Madame, une adolescente fondue dans un groupe auparavant assez bruyant m’a lancé de loin :

Elle : Hey ! beau gosse !
Moi : Merci !
Elle : Vous portez une culotte ?
Moi : Et toi ?
Elle : en tout cas, beau gosse!

Il s’en est suivi un propos que je n’ai pas bien compris, mais qui m’a semblé être un « compliment » à l’attention de mon arrière-train. Ce qui est sûr c’est que les intentions de cette adolescente n’étaient pas nécessairement sympathiques. Mais difficile de savoir vraiment s’il s’agissait réellement d’une moquerie ou pas.

Un conseil pour ces dames

Ces petits désagréments ne doivent pas faire oublier les regards plus ou moins appuyés et les photographies prises à la volée et publiée dans la foulée – quelle belle invention que le smartphone ! – sans demander le moindre consentement.

Je constate néanmoins que le kilt semble idéal pour lever les pervers(es). En effet, rien qu’à le voir, ils ne peuvent s’empêcher de s’émouvoir et de se faire remarquer. Comme si cette bande de tissu agissait sur eux comme un appeau sur une nuée de bécasses ou bien la muleta du torero sur le taureau. Sauf que dans mes deux exemples, il s’agit d’attirer sa victime par tromperie. Or, moi, je ne veux pas en être une, ni faire d’autrui la mienne. Mais comme à toute chose, malheur est bon :

Mesdames, vous qui voulez éviter ces sinistres individus, les mateurs et autres relous de tous poils, adoptez donc un homme en kilt ! Faites-le vous précéder de quelques pas : suffisamment pour avoir l’opportunité d’une manœuvre d’évitement de dernier moment mais pas trop non plus pour pouvoir entendre tous les avertissement. Vous serez ainsi assurée de vous promener sans être importunée à cause de votre beauté physique la bêtise et du sans-gêne de quelques malotrus peu éduqués.

En résumé :

pervers 1

« Mains dans la poche »

Tout d’abord, bonne et heureuse année à toi, lecteur ! J’espère que ce sera pour toi l’occasion de franchir le pas, si tu ne l’as pas déjà fait, et de tenter le kilt ou tout autre jupe.

Comme je l’avais annoncé, j’écris désormais pour le blog de l’association Hommes en Jupe. L’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous et il est difficile d’alimenter deux blogs  traitant du même sujet. Toutefois, voici un article que je réserve à Kiltoblog.

Les mains dans les poches

Le gros problème du kilt, c’est qu’il n’a pas de poche ! Quand on a l’habitude d’y planquer ses mains inactives et divers objets du quotidien… c’est tout de même bien embêtant. Voilà pourquoi on porte le sporran ! Mais va-t-en mettre les deux mains dedans pour avoir l’air décontracté ! De plus, cette sacoche est parfois gênante, sans compter que son achat peut-être reporté, faute d’un budget limité.

J’ai donc trouvé la parade, grâce à une veste en velours de coupe cycliste ! Outre le fait qu’elle est colorée, elle possède deux poches de hanche dans lesquelles viendront facilement prendre place les mains désœuvrées ou d’autres objets. De plus, sa coupe s’arrêtant aux hanches sied merveilleusement bien au kilt et autorise le port du sporran, pour ceux qui ne voudraient pas l’abandonner.

sans sporran

Comme la veste est rouge, j’ai décidé de garder des habits très neutres : kilt National grey avec ses flashes, bas noirs, T-shirt à manche longue noir ou blanc. Même la broche du kilt est discrète puisque c’est un chat noir et gris, qui reprend donc les couleurs du tartan. J’ai agrémenter ma veste d’un pins qui reprend également des couleurs de la tenue et se fond avec l’habit (il s’agit d’une reproduction d’un insigne d’escadrille : on ne se refait pas !). J’ai choisi d’opposer ces deux broches, le long d’une diagonale, pour qu’elles se rappellent l’une à l’autre.

Je pense qu’on arrive à une tenue plus moderne. Cela aurait pu être accentué en utilisant des chaussettes montantes qui ne nécessitent pas de jarretière pour tenir en place ou en remplaçant les flashes assorties au kilt par un modèle rouge comme la veste. Mais encore faut-il avoir cela en stock !

Et vous, que pensez-vous de cette tenue ?

Carreaux-Line

Les carreaux habillent vos mollets

Le mythe des deux arlésiennes

C’est une anecdote que j’ai déjà dû raconter ici, mais je ne me lasse jamais d’y repenser :

Nous étions sur le port piroguier de Maripasoula. C’était le matin et nous attendions que notre bateaux soit prêt pour descendre le grand fleuve Maroni. Devant nous, s’étalaient d’autres pirogues, vides. Puis c’était l’eau calme du fleuve et sa rive opposée, un petit village du Surinam.

Un amérindien nous accosta et commença à nous parler. Je n’ai jamais su s’il était déjà sous l’emprise de substances liquides altérant le jugement et l’inhibition et j’ai oublié la majorité de ce qu’il nous avait raconté. Mais il y a un passage dont je me souviens encore. Parlant de la force de l’homme se mit à plaquer la paume de ses deux mains contre un mollet dénudé, qu’il exhibait, le pied posé sur le banc d’une embarcation. Je me rappelle qu’il insista bien en répétant son propos et son geste, comme pour mieux le marquer.

Lire la suite

Fertilité et kilt

La fertilité des hommes en kilt

Cela fait plusieurs mois que je souhaite aborder le sujet de la santé et l’impact du port de la jupe. Je me souviens avoir vu une vidéo d’un fabriquant de kilt expliquant que le port de ce vêtement pouvait lutter contre le cancer des testicules. Mais je n’ai encore rien trouvé d’autre à ce sujet.

En revanche, il semble reconnu qu’une température trop élevée de nos gonades entraîne une baisse de la qualité du sperme et donc diminue notre fertilité. Il y a plusieurs facteurs qui influencent cette température, comme le fait de rester trop longtemps en position assise.  Mais l’habit joue aussi. Lire la suite

Élégance

Naturelle élégance

Un kilt à succès

Il faut croire que ce n’était pas Paris, mais le tartan qui fut à l’origine de tant de compliments. Il y a quelques semaine, j’avais mis le kilt Chevalier breton. Et je suis sorti faire des courses. En bas de l’immeuble, je croise un distributeur de pub, qui remarque ma tenue et me demande si je suis anglais et me complimente. Et d’un ! Lire la suite

Curiosité fantasmée ?

La curiosité de l’après-midi ?

Est-ce qu’aujourd’hui est un mauvais jour ? Est-ce que ma parano a décidé de s’exprimer plus fort qu’à son habitude ? Suis-je plus réceptif qu’à la normale ? Les gens ont-ils simplement pris trop de confiance ?

Tant de questions qui bouleversent mon esprit… En effet, à l’occasion d’une petite sortie chez les commerçants, j’ai l’impression d’avoir suscité plus de curiosité que les autres jours ! mais aussi, hélas, qu’on se gaussait plus facilement de moi.

Tout avait pourtant si bien commencé ! Lire la suite

Froid et jupe

Le froid peut-il être bravé en jupe ?

Le blog a hiberné ce mois-ci et a décidé de se réveiller, de façon contre-nature, en pleine vague de froid sibérien ! Il n’aura échappé à personne que cette fin février est marquée par des températures « polaires« , bref que l’hiver nous fait comme une petite farce avant de s’en aller. Mais doit-on remiser notre vêtement fétiche au placard pour autant ? Lire la suite