Assortir les couleurs

Comment assortir les couleurs ?

Bow tie and flashes

La tradition veut que les flashes reprennent une des couleurs ou le motif du tartan du kilt. Même les flashes écarlates des Seaforth Highlanders répondent à cet impératif ; même si le rouge est une couleur très minoritaire de leur tartan. Toutefois, de nos jours, on peut trouver des flashes rouges sur des tenues très sombres. Pour une tenue chic et moderne, j’ai donc l’idée d’assortiment suivante : Lire la suite

Marin, le retour – L’habit du jour XVIII

Kilt marin pour un jour de brume :

Je poursuis mon inspiration marine avec mon néo-kilt en velour bleu ; il faut dire que la couleur aide bien, non ? Cette fois-ci, j’ai troqué le pull cottelé un peu trop chaud pour le tricot à rayures. Orienté très bord de mer, ce tricot est aussi très connoté ; l’associer à une jupe, il fallait oser ! Gare aux amalgames ! Mais d’autres l’ont fait avant moi…

kilt-marin-2

J’ai choisis de porter mon néo-kilt sans sporran, comme une « simple jupe ». Étant donné qu’il dispose de deux poches italiennes, cet accessoire n’est en effet pas indispensable. J’ai toutefois opté pour ajouter une chaine d’épingles à nourrice, comme sur le site de Hiatus. Une grosse ceinture en toile noire vient terminer d’habiller la façade avant. Elle a, en plus, le bon goût de donner une fin logique à la chaine, en cachant une de ses extrémités. Ça reste donc simple et sobre, sans être d’une banalité affligeante ! Évidemment, pour pouvoir garder les accessoires visibles, il faut porter le tricot pans rentrés dans la jupe ; cela permet de profiter également du fait qu’elle souligne la taille, donc évite d’avoir une silhouette sans relief : c’est tout bénéf’ !

chaine-epingles
Pour fixer la chaîne d’épingles, je me sers d’un des passants arrière.

Aux pieds, j’ai opté pour de grandes chaussettes noires, car il fait encore froid. Je les ai ornées de flashes maison en feutrine rouge, pour une touche de couleur. Cette tenue étant composée de couleurs froides, cette touche d’une couleur vive et chaude est bienvenue. Et puis, mes chaussettes étant trop hautes, il fallait bien que je justifie ce revers ! Mes Doc Martens® noires à 14 oeillets (par quartier) complètent la tenue en reprenant le côté punk de la chaîne d’épingles. Cet aspect tombe à pic : porter la jupe pour un homme, c’est être rebelle, c’est défier la société, alors assumons-le !

Voici donc une tenue décontractée, qui utilise les codes du costume de marin tout en ne sacrifiant rien ni à la modernité, ni à nos revendications de porteur de jupe. On peut également y voir un clin d’oeil à Jean-Paul Gaultier, qui popularisa et le tricot rayé et la jupe pour homme.

S’habiller devient alors un message, à plusieurs niveaux de lecture.

C’est curieux chez les marins, ce besoin de faire des phrases !

J. Audiard, Les tontons flingueurs, 1963

Habit du jour XVII

Un habit inspiré de Tintin et l’Île noire.

Pour Noël, j’ai reçu une paire de bas verts. Ils sont un peu (trop) grands, mais ils vont à merveille avec mon kilt Menez Du ! Même si elles ne ressortent pas par rapport à ces bas, j’ai opté pour les flashes assorties. Comme il fait froid, Lire la suite

L’habit du jour XII

Voilà le fameux ensemble au pull vert-bizarre avec mes nouvelles flashes :

Ma copine, en voyant cette tenue, m’a dit :

C’est très frais comme tenue, les couleurs sont très printanières.

°° Qu’en pensez-vous ? °°

Vert flashy

Hier, je crois bien avoir commis un attentat à la couleur !

Mon kilt Menez du ayant subi une odieuse et lâche agression de la part d’une plaque de dossier de siège de cinéma, j’ai dû le remiser en attendant qu’il soit réparé. Heureusement il me reste mon kilt National Breton.

Avec le pull vert-bizarre, c’est très coloré ! mais ça convient car ce pull Lire la suite

Habit de fête

Voici la tenue que je portais pour la Saint-Sylvestre. Outre le kilt en tartan national breton, avec ma broche celtique, mon semi-dress sporran et les flashes reprenant le tartan, j’ai mis une chemise banche avec des broderies en forme de feuille sur le devant, un nœud papillon – parce que c’est plus classe que la cravate – et une veste Argyll (marque Tartanista), qui est un des deux modèles de veste portables avec un kilt (l’autre étant la Prince Taylor). Le chic ultime eut été d’avoir un gilet… mais chaque chose en son temps. Et bien sûr on opte pour des chaussures basses ; l’idéal ce sont les ghillies brogues, mais ici elles sont d’un humble modèle plus passe-partout.avatar