Kilt alors !

Samedi dernier, le temps s’annonçait des plus cléments. Je mis donc mon kilt en coton kaki, avec un T-shirt à message (en allemand) du même coloris. Pour casser cette effusion de couleur militaire, j’optais pour ma ceinture en cuir fauve et mes Cat. Mon frère, comme je l’avais prévu, eu une remarque sarcastique, mi étonnée – mi moquerie simulée mais une discussion des plus amusantes s’engagea avec sa copine, d’origine extra-européenne.

_ Why do you wear a skirt ?
_ It’s not a skirt, it’s a kilt !_ But it looks like a skirt !
_ Yes ! But kilt is not a skirt. Even if I don’t know why.
_ But it look like a skirt !
_ Yes but this is a skirt for man, not for women.
_ But it’s ok !

Voilà, tout ça pour dire qu’elle aimait bien. Ça ne m’a pas étonné car elle avait voulu que mon frère essaie un de mes kilt et fut déçue qu’il fût trop étroit (le kilt, hein !) mais l’espace d’un instant j’ai eu un léger doute.

Mon regard sur l’autre

Vendredi dernier, je revenais d’un raid infructueux au marché quand je suis tombé sur… un homme en jupe ! Pourtant j’ai dû vérifier que c’était bien un homme.

Comme ai-je pu en arriver là ? J’ai eu l’impression de le regarder comme s’il était une bête curieuse ou un monstre exotique. Je ne pense pas que ce soit les préjugés qui aient pris le dessus mais que c’était plus son allure qui était en cause. Avec son grand manteau sombre et sa jupe arrivant à mi-mollet, j’ai eu un doute. Ç’aurait pu être une femme du même âge avec la même corpulence. C’est étrange comme cette sensation est désagréable.

Vous est-il arrivé pareille (més)aventure ?

Mini-jupe

J’avais dans ma garde-robe une mini-jupe portefeuille pour femme, trop grande de deux tailles. Quitte à devoir la mettre à ma taille, je me suis donc résolu à la masculiniser en changeant le sens d’ouverture : le tablier est devenu sous-tablier et vice-versa. Je trouvais ça sympa d’avoir une jupe un peu courte, même si la matière et le fait qu’elle soit doublée me fait douter que je puisse la porter en été.

J’ai donc décousu le bouton pour le déplacer. Comme je ne pouvais pas enlever les crochets et leurs accroches, j’ai opté pour une fermeture velcro. J’avais un reste de velcro adhésif. C’est génial : ça ne tient absolument pas et il faut le coudre ! Alors certes, point besoin d’épingle pour qu’il daigne tenir en place durant l’opération, mais j’y ai cassé une aiguille (pourtant grosse) et me suis percé un ongle ! Et je ne vous raconte pas le nettoyage des résidus de colle qui se fixent sur l’outil… Bref que du bonheur, que dis-je, un régal !

Tout ça pour me rendre compte que, ben en fait non, je ne suis pas du tout à l’aise avec ce petit bout de tissus sur les fesses. Je n’assumerai pas de porter ce vêtement, sauf peut-être pour aller à Carnaval (mais ce n’est pas sûr). Donc au final beaucoup de peine, de souffrance, de larme et même de sang, pour… que dalle.

Alors, un homme peut-il porter une mini-jupe ? Certains le font et ça leur va parfois très bien. Mais moi… ben moi… non ! je ne suis pas prêt. En même temps, je ne mets des shorts courts que pour faire du sport, jamais pour sortir. Si je ne suis pas particulièrement à l’aise avec un short court pourquoi le serais-je avec une mini-jupe ? En tout cas, il fallait essayer.

L’habit du jour VIII

Une belle journée ensoleillée avec des températures agréables (pas en début ni en fin de journée encore)… sortons nos mollets ! Voici donc un premier ensemble avec mes nouveaux accessoires, achetés ce week-end. J’ai opté pour des chaussettes basses, mais je trouve cela difficile à marier avec le kilt traditionnel. peut-être devrais-je opter pour des chaussures plus hautes (que je ne possède pas encore). Lire la suite