Wax

Jupe wax

 

L’été n’est pas fini, mais on peut dire qu’il fut chaud ! Or, quoi de mieux, pour supporter les fortes températures, que la jupe ? Encore faut-il qu’elle soit réalisée dans un matériau léger. Et c’est là que la wax intervient ! Lire la suite

Retex

Le Retex* de mon kilt « militaire »

En portant mon kilt camouflage, j’ai eu quelques déconvenues. D’abord, le tissu noir que j’avais choisi est trop rigide ; mais contre ça, il n’y a pas grand chose à faire sinon découdre et remplacer ! Par contre, j’avais cousu trop rapidement la ceinture et cela devait être repris. Sur le coup, j’avais camouflé (désolé !) cette monstrueuse bévue en jouant sur l’espace entre les boutons : le subterfuge avait bien fonctionné mais ce n’était qu’un pis-allé. Lire la suite

Kilt à motif militaire

Premier kilt de conception personnelle

L’été ayant été très chargé, je n’ai pas eu le temps de présenter ma seule et unique réalisation de la saison : un kilt en tissu à motifs militaires !

L’objet du délit

Cette jupe est inspirée du kilt cover que portaient certains régiments écossais durant la 1° Guerre Mondiale. Il est réalisé dans un tissu léger décoré d’un motif camouflage désertique. Pour l’intérieur des plis creux et le soufflet de la poche, j’ai préféré intégrer un tissu noir, afin de casser l’aspect militaire du vêtement et lui donner un côté plus civil et contestataire. Petite fantaisie : comme il me restait un peu de passepoil rouge, j’ai décidé de le fixer sur le rabat de la poche pour donner une touche de couleur vive à l’ensemble. Dans la même idée, toutes les surpiqûres sont réalisées avec du fil rouge.

kilt militaire 3La poche possède un compartiment intérieur, qui permet de séparer le contenu en deux. L’idée m’est venue d’un échec. En effet, la première poche que j’avais dessinée s’est avérée trop petite une fois montée. J’aurais pu la laisser de côté, mais j’ai choisi de l’utiliser quand même. Au final, elle s’avère pratique pour ranger des objets peu encombrants de façon discrète et pratique : pas besoin de les sortir pour farfouiller plus librement au fond de la poche, comme c’est malheureusement parfois le cas dans un sporran.

Avec l’expérience, je vais devoir apporter quelques modifications, notamment introduire deux passants de ceinture à l’arrière. Dès la confection, j’avais pour projet de les installer, mais le temps m’a manqué pour les réaliser. La ceinture doit de toute façon être reprise car cousue dans la précipitation. Mais ce modèle a déjà fait son effet puisque deux femmes l’ont trouvé très joli !

Quelques exemples de tenues :

J’ai rapidement pensé à marier cette jupe avec mes sandales récemment achetées et une ceinture inspirée des ceinturons militaires (Mle 1903/14 et 1945 de l’armée française), ces deux éléments ayant un certain côté martial ; les sandales apportent également une touche de finesse. J’ai complété ce premier ensemble avec une chemisette jaune pâle et col pelle à tarte très rétro (années 1930 à 70). Dans un autre ensemble assez semblable, j’ai opté pour une chemisette beige inspirée des modèles de l’armée américaine et ai remplacé la ceinture en cuir par une autre plus fine en textile élastique. Ces deux ensembles marient donc éléments inspirés des vestiaires militaire et civil, comme ce kilt.

Ils restent assez sages, dans le sens où les couleurs des autres pièces sont proches de celles de la jupe. Il est cependant possible de faire plus hardi et donner dans la fantaisie. Mais comme dans les exemples précédents, il faut que les pièces se répondent les unes aux autres comme un orchestre parfaitement accordé, pour éviter toute cacophonie.

kilt militaire 5Le troisième ensemble que je vous propose fait cependant également appel à une pièce civile qui reprend des éléments militaires : un polo Aeronautica Militare. Ce type de vêtement apporte une touche plus sportive à la tenue et donc permet d’introduire des baskets (que j’avais besoin de chausser). Cet ensemble est donc plus bigarré que les précédents. Les couleurs de la pièce du haut, se retrouvent au niveau des pieds avec les chaussures et les chaussettes, ce qui permet de créer une harmonie. Même, le noir du kilt est rappelé par la sacoche (elle aussi dérivée d’un modèle militaire). Mais je rappelle que jouer avec autant de couleur est assez périlleux, ce doit d’ailleurs être la première fois que j’en porte autant.

Conclusion

Cette seconde création entièrement de mes mains (après le hakama) m’a permis de franchir une étape. En effet, ce vêtement était plus complexe à réaliser que le précédent, à cause des deux tissus utilisés, mais aussi parce que j’ai introduit des coutures rabattues et le poche à soufflet. Je me sens maintenant mieux armé pour confectionner d’autres jupes et notamment le kilt en jean que j’ai en projet depuis bien longtemps. La fabrication personnelle reste une alternative pour disposer de jupes variées à prix modique, même si elle demande un certain investissement personnel (voire financier) ; mais le jeu en vaut la chandelle.

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle jupe ? des tenues proposées ? Quelle autre alternative voyez-vous ?

 

Vert flashy

Hier, je crois bien avoir commis un attentat à la couleur !

Mon kilt Menez du ayant subi une odieuse et lâche agression de la part d’une plaque de dossier de siège de cinéma, j’ai dû le remiser en attendant qu’il soit réparé. Heureusement il me reste mon kilt National Breton.

Avec le pull vert-bizarre, c’est très coloré ! mais ça convient car ce pull Lire la suite

Mini-jupe

J’avais dans ma garde-robe une mini-jupe portefeuille pour femme, trop grande de deux tailles. Quitte à devoir la mettre à ma taille, je me suis donc résolu à la masculiniser en changeant le sens d’ouverture : le tablier est devenu sous-tablier et vice-versa. Je trouvais ça sympa d’avoir une jupe un peu courte, même si la matière et le fait qu’elle soit doublée me fait douter que je puisse la porter en été.

J’ai donc décousu le bouton pour le déplacer. Comme je ne pouvais pas enlever les crochets et leurs accroches, j’ai opté pour une fermeture velcro. J’avais un reste de velcro adhésif. C’est génial : ça ne tient absolument pas et il faut le coudre ! Alors certes, point besoin d’épingle pour qu’il daigne tenir en place durant l’opération, mais j’y ai cassé une aiguille (pourtant grosse) et me suis percé un ongle ! Et je ne vous raconte pas le nettoyage des résidus de colle qui se fixent sur l’outil… Bref que du bonheur, que dis-je, un régal !

Tout ça pour me rendre compte que, ben en fait non, je ne suis pas du tout à l’aise avec ce petit bout de tissus sur les fesses. Je n’assumerai pas de porter ce vêtement, sauf peut-être pour aller à Carnaval (mais ce n’est pas sûr). Donc au final beaucoup de peine, de souffrance, de larme et même de sang, pour… que dalle.

Alors, un homme peut-il porter une mini-jupe ? Certains le font et ça leur va parfois très bien. Mais moi… ben moi… non ! je ne suis pas prêt. En même temps, je ne mets des shorts courts que pour faire du sport, jamais pour sortir. Si je ne suis pas particulièrement à l’aise avec un short court pourquoi le serais-je avec une mini-jupe ? En tout cas, il fallait essayer.