Compliments en série

Trois compliments en une après-midi !

En kilt à la capitale :

Je ne vais pas souvent à Paris. Je déteste Paris. Ce n’est pas une ville mais un labyrinthe. L’air y est pollué, les gens y circulent n’importe comment ; les touristes s’arrêtent au beau milieu des trottoirs et les autochtones ne respectent rien ni personne. Ils sont plus pressés que les citrons d’un ti’ punch. Bref, je ne visite la plus belle ville du monde que si j’y suis obligé. Mais je dois confesser qu’on y voit une diversité vestimentaire, notamment chez les jeunes femmes. Cela me change de la sagesse et du conformisme des habitants de ma cité-dortoir de province.

Se promener en kilt dans les rue de Paris, notamment celles qui sont très fréquentées, est relativement aisé. Ça passe relativement inaperçu. Quoi que… Rien qu’en sortant de la station du métro, je chope un premier regard interloqué, venant d’un homme qui se retourne, comme pour vérifier qu’il n’a pas eu la berlue. Mais pour le reste, rien à redire. Comme dit ma mère, on peut se promener avec un peau de chambre sur la tête, ça ne choque personne (d’autant que plus grand monde ne doit savoir ce qu’est cet accessoire…).

Dans un temple de la consommation :

paris 2
Une tenue bien claire. Malgré le pull léger (coton), je n’ai jamais eu aussi chaud dans un magasin !

Je souhaite m’acheter des chaussures noires montantes. je sais exactement ce que je veux et, comme d’habitude, ça n’existe pas ! Avec Madame, nous entrons dans un grand magasin où je ne trouve pas mon bonheur car les prix occasionnent de douloureuses contorsions à mon porte-feuille. Nous passons à ses achats à elle. Alors que nous regardons quelques articles de maroquinerie, une vendeuse s’approche de nous :

_ Hi ! nous lança-t-elle.
_ Bonjour ! répondis-je.

Eh oui ! À cause de mon kilt, elle a cru que nous étions étrangers, certainement venus des îles britanniques. Je voulais voir si j’arriverais à piéger des vendeurs et c’est chose faite. Intérieurement, je me félicite mais, extérieurement, j’explique qu’il s’agit d’un tartan breton. La vendeuse me dit que ça me va très bien, ce qui me fait bien plaisir.

Lorsque nous passons en caisse, le préposé me complimente également pour mon kilt. Ça lui rappelait le fil Braveheart (bourré d’erreurs historiques, mais que serait le cinéma américain s’il ne remaniait pas l’histoire ?) qu’il avait visionné récemment. Pendant que je réglait l’unique achat, nous avons un peu échangé. Mais je ne suis pas certain de sa sincérité. Pourquoi ? je ne sais pas. L’instinct… la paranoïa peut-être. Mais un compliment fait toujours plaisir.

Voyant malgré l’obscurité :

Nous sortons de ce grand magasin. Dehors, la nuit est tombée mais la rue est toujours aussi bondée de monde. Nous marchons vers un magasin de chaussures où je trouverai enfin mon bonheur. Je ne sais plus si c’est en chemin ou après avoir trouvé les perles rares qu’une femme, que je n’ai pas vue (mais à la voix ça ne pouvait pas être quelqu’un d’autre) m’a lancé furtivement :

J’adore votre kilt ! (ou un truc dans ce goût-là)

Et de trois !

paris 1
Avec le manteau marron, le bas de la tenue ressort bien, non ?

En un(e) après-midi, j’ai donc récolté plus de compliments sur ma tenue qu’en un mois dans les diverses villes que j’ai pu visiter ou habiter. Si j’étais mauvaise langue, je dirais même que j’ai doublé mon socre… mais ce serait sans doute faire preuve d’une certaine malhonnêteté ! Même si je ne suis pas non plus trop éloigné du compte. Il faut dire que ma tenue était assez voyante puisque je portais mon kilt Chevalier Breton avec des chaussettes blanches. Cela devait donc bien contraster dans la masse des blue jeans et collants noirs.

Car ce n’était pas ma première visite en jupe à la capitale, comme le rappelle cet article. Mais à chaque fois, je portais une jupe longue noire plus discrète. Il faut croire que le kilt attire plus le regard ou, du moins, la sympathie des gens.

 

 

Une réflexion au sujet de « Compliments en série »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s