Centre d’attention

Le centre de toutes les attentions

Jeudi dernier, il faisait beau, il faisait chaud, un temps idéal pour sortir en jupe. Et bizarrement, pour ne pas passer inaperçu pareillement vêtu. Comme si, tout d’un coup, un simple vêtement modifiait le champ d’attraction visuel à lui tout seul, comme un trou noir attire inexorablement la matière qui passe à proximité de lui. Pour vous donner un exemple du pouvoir d’attraction de mon kilt en toile kaki, sachez qu’un pompier a carrément sorti le torse de son camion pour m’admirer ! Sans doute n’en croyait-il pas ses yeux ou peut-être m’a-t-il trouvé séduisant… allez savoir : comme son véhicule ne s’est pas arrêté, je n’ai pas pu lui demander le moindre compte.

La tenue que je portais :

curiosité 1.JPGMa tenue du jour, décontractée et sportive, était pourtant très équilibrée et loin d’être féminine.
Les couleurs d’abord, du kaki sur la jupe et du beige pour la chemisette, les chaussures et le chapeau (absent de la photo), qui rappellent assez bien l’armée, un monde d’hommes qui ne s’est que très récemment féminisée.
La présence de vêtements exclusivement masculins ensuite – faisons abstraction de la jupe qui reste tout de même très connotée – et notamment des « grosses » chaussures de randonnée. Peut-être aurais-je dû pousser le vice jusqu’à les porter avec des chaussettes apparentes.
À ses grosses godasses répond un ceinturon militaire, qui s’impose par sa taille sur le fond kaki du kilt.
Bref, je ne vois qu’une tenue masculine, qui ressemble à l’uniforme de l’US Marines Corps (Service B Uniform), les chaussures basses noires en moins.

Pourquoi un tel attrait ?

curiosité 2J’ai déjà eu l’occasion de me plaindre de l’aspect dérangeant de ces regards. Les femmes subissent-elles les mêmes lorsqu’elles sont en jupe ? (pas sûr…) Est-ce que la jupe attire les regards indépendamment su fait que l’on soit homme ou femme ? Parmi les gens qui m’ont maté, il y avait bien sûr ce sapeur-pompier, mais aussi deux femmes dans une voiture, qui ont dû claquer leurs muscles oculaires tant elles ont écarquillé leurs mirettes.

La jupe attire le regard c’est certain. C’est d’autant vrai que c’est un vêtement qui semble nous fasciner, nous les hommes. Le type de jupes courtes que je porte, en forme de trapèze et amples, a aussi la faculté d’être mis en mouvement facilement quand je marche, suivant les évolutions du bassin. Or le mouvement, cela capture l’attention ! D’ailleurs, beaucoup d’animaux se figent pour passer inaperçus. Mais, dans le cas présent, j’étais arrêté à un passage pour piétons et attendais l’autorisation du petit bonhomme vert pour traverser.

C’est sans doute l’incongruité de ma tenue qui frappent les gens. Je suis sorti quelques temps avec une femme lettrée. Mais il est vrai qu’elle a eu du mal à concevoir que je porte le kilt (à l’époque, ce n’était pourtant pas encore une habitude chez moi). Je me souviens encore d’une de ses réactions par SMS : « Non mais un kilt, quoi ! » Et plus tard, elle m’a proposé de porter des chaussures à jupe avec… Un homme en jupe, ça continue donc de choquer malgré les discours d’ouverture de notre société, malgré la culture que l’on peut avoir et il se trouve encore des gens pour penser que c’est un travestissement. Mardi, j’ai eu le droit à un commentaire incompréhensible, lancé dans mon dos par le passager d’une voiture automobile ; je ne crois pas qu’il s’agissait d’un compliment, plus de la preuve de ce choc des cultures. Le mois dernier, une jeune collègue qui me croise souvent a fait des allusions lourdes à une prétendue féminité (chaussures à talon, tasses roses « girly« )

« Le poids des photos » :

En réalité, il ne s’agit donc pas d’un attrait – j’ai d’ailleurs reçu assez peu de compliments ou d’interrogations – mais plutôt d’un choc. Les gens se demandent bien qui vous pouvez être pour vous accoutrer ainsi et vous dévisagent, comme si vous étiez un monstre, une bête étrange. Sont-ils intimidés comme s’ils pensaient faire une rencontre du troisième type ? Toujours est-il que ces regards sont dérangeants, parce qu’ils me rappellent violemment à une condition d’exception, de marginalité par rapport à la société. Or, la marginalité est rarement bien acceptée.

Je préfère donc qu’on m’arrête et que qu’on me pose des questions sur ma façon de m’habiller – le pourquoi, le comment, des origines outremanchesques ou une appartenance à un groupe folklorique – comme on le fit cet après-mid (même si l’approche n’était franchement pas très discrète), plutôt que de recevoir ces coups d’oeil de merlans frits qui m’insultent autant qu’ils me dépècent.

 

Publicités

2 réflexions sur “Centre d’attention

  1. Bonjour, je suis également un adepte de la jupe mais en privé car les constats inscrits dans votre rapport d’étonnements des autres est un frein à ma liberté individuelle pour le port de la jupe en public.

    J'aime

    1. Bonjour,
      Je comprends totalement votre réticence. Quand le port de la jupe par un homme sera banalisé, il n’en sera plus ainsi. Mais pour que la jupe se banalise, il faut que nous soyons plus nombreux à oser et faire fi de ces regards dérangeants. C’est un cercle vicieux…
      Pour vos premières sorties, vous pouvez essayer de sortir dans un groupe. Pourquoi ne pas rejoindre l’association Hommes En Jupe : vous pourrez peut-être rencontrer des « collègues » près de chez vous, qui vous aideront.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s