Jupe et protestation

La jupe comme moyen de protestation

Ce matin, j’entends à la radio que des conducteurs de bus de Nantes ont mis la jupe hier, pour protester contre le règlement de leur entreprise, qui leur interdit les shorts, bermudas et pantacourts. Pourquoi la jupe ? tout simplement parce que c’est un vêtement autorisé par le dit règlement. Il est d’ailleurs étonnant de constater que cette action se déroule dans la ville qui a vu se dérouler la première journée de la jupe en 2014. Mais ce n’est pas la première en son genre. Lire la suite

Courage véhiculé

Du courage transmis par la locomotion automobile

J’avais déjà remarqué que la voiture changeait le comportement des gens. Ainsi, même des personnes courtoises et sympathiques deviennent de parfaits connards quand on leur met un volant entre les pattes. Il s’agit là, bien sûr de comportements routiers. Mais l’automobile peut conférer un autre sentiment d’impunité. Lire la suite

Centre d’attention

Le centre de toutes les attentions

Jeudi dernier, il faisait beau, il faisait chaud, un temps idéal pour sortir en jupe. Et bizarrement, pour ne pas passer inaperçu pareillement vêtu. Comme si, tout d’un coup, un simple vêtement modifiait le champ d’attraction visuel à lui tout seul, comme un trou noir attire inexorablement la matière qui passe à proximité de lui. Pour vous donner un exemple du pouvoir d’attraction de mon kilt Lire la suite

Histoire du kilt

L’histoire du kilt, un vêtement ancien qui traverse les temps

La genèse du kilt est plutôt controversée. J’ai trouvé deux sources différentes :

  • Mes premières recherches parlaient du great kilt, porté au XVI° siècle. C’était une grande pièce de tissus (5 à 6 m de long) qui servait d’habit le jour et couverture la nuit. Le porteur l’étendait au sol, par-dessus une ceinture, puis repliait le centre jusqu’à apparition de l’extrémité de la ceinture. Il s’allongeait ensuite sur les plis et repliait les deux bords qui étaient maintenus à la taille par la ceinture. La partie haute était ensuite ramenée devant et fixée par une broche ou laissé pendante.
  • D’autres sources parlent d’une origine normàn du kilt, même si les vikings adoptèrent le plaid, ils donnèrent le nom de leur jupe à ce vêtement. Mais cela est controversé. Il faut garder à l’esprit que la tunique, parfois portée avec des braies ou des chausses, fut le vêtement de base des européens de l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen-Âge.
great kilt
Reconstituteurs défilant en Great kilt.

À la fin du XVII° siècle ou au début du XVIII°, le kilt moderne naquit par suppression de la partie supérieure. J’ai aussi lu que la jupe devint légèrement plus courte. Pourquoi ? apparemment pour faciliter le travail de fabriquants de charbon écossais : le great kilt était inapproprié à cette activité. Mais en 1746, le roi d’Angleterre George II fit interdire toutes les particularités vestimentaires des Highlands ! Le Dress Act resta en vigueur jusqu’en 1781, ce qui fut une période suffisante pour que l’on perde le savoir-faire des tartans !

Bien qu’il continuait à être porté sous le Dress Act en signe de protestation, ce n’est qu’à partir de 1782, avec son retour en grâce, que le kilt commença à être popularisé dans toute l’Écosse, avec la création de nouveaux tartans, puis dans le monde celtique, en commençant par celui sous influence britannique. Mais, avec les révolutions industrielles, il fut peu à peu remplacé par le pantalon, plus facile et moins cher à produire, comme tenue quotidienne.

kilt musiciens
Musiciens d’une troupe de reconstitution de l’armée écossaise en tenue de parade.

Depuis la fin du XVII° siècle, ce vêtement était également porté par les régiments écossais du Commonwealth jusqu’au début de la seconde Guerre Mondiale, année durant laquelle il fut remplacé par le pantalon (1937 pattern) moins cher et bien plus pratique pour la guerre moderne. En effet, durant la première guerre mondiale, le kilt s’était montré peu avantageux pour franchir les réseaux de barbelés, dans lesquels il s’accrochait plus volontiers que les pantalons ; en outre, il était incompatible avec les équipements de protection contre certains gaz de combat. Aujourd’hui, le kilt n’est porté par les militaires qu’en des occasions bien précises.

kilt soldat
Défilé de reconstituteurs en soldats écossais des 1° (1° plan) et 2° (2° plan) guerres mondiales. Certains portent le kilt apron, d’autres le kilt cover. Les soldats de la 2° guerre mondiale n’ont pas ces accessoires car le kilt disparut rapidement de la tenue de combat.

Aujourd’hui, le kilt opère un timide retour, soit sous sa forme traditionnelle, soit sous une forme modernisée. Il reste un vêtement onéreux et perçu comme folklorique ou extravagant hors de l’Écosse mais il séduit les personnes en quête de nouveauté et d’originalité dans leur penderie ou qui apprécient simplement le confort de ce vêtement.