Fête des mères

Édit du 18/06/2017 : ajout des sources des illustrations, qui ne m’appartiennent pas et ne sont placées ici que pour illustration.

La fête des mères, fête de Vichy ?

Lorsque j’ai appelé ma mère ce dimanche, j’ai eu le droit à la question : « tu célèbres une fête vichyste ? » Et pourtant non, la fête des mères que nous célébrons actuellement n’a rien de vichyste. En effet, l’ordonnance du 9 août 1944, relative au rétablissement de la légalité républicaine, promulguée par le Gouvernement Provisoire de la République Française a annulé toutes les lois de Vichy et donc celle instituant la fête des mères. Notre célébration actuelle a été instaurée par la loi n°50-577 du 24 mai 1950, relative à la fête des mères.

Une fête des mères de vichy, mais pourquoi ?

La fête des mères serait née aux États-Unis d’Amérique au début du XX° siècle, même s’il existait concomittamment des célébrations des mères de familles nombreuses en France. En 1926, fut instituée une journée des mères. Elle fut reprise par le gouvernement de Vichy dans une loi du 25 mai 1941.

Le gouvernement de Vichy souhaitait redresser la France et institua la Révolution Nationale, basées sur trois piliers : le travail, la patrie et la famille ! Or qui mieux que la mère représentait la famille puisque c’étaitt elle qui enfantait, élevait les enfants et que beaucoup de pères étaient morts au combat ou prisonniers en Allemagne ?

De plus, par son intervention dans l’éducation des enfants, la mère avait un rôle primordial dans la transmission des valeurs de la Révolution Nationale, comme le rappelle le Maréchal dans un discours radiophonique à l’occasion de l’édition de la journée des mères de 1942 : « Vous seules savez donner à tous ce goût du travail, ce sens de la discipline, de la modestie, du respect qui font les hommes sains et les peuples forts. Vous êtes les inspiratrices de notre civilisation chrétienne. » Des propos répétés par une affiche de propagande montrant une femme lisant un livre à son jeune enfant : « C’est sur leurs genoux que se forme ce qu’il y a de plus excellent dans le monde… UN HONNETE HOMME« .

La mère est donc un personnage important de la société française vichyste, un personnage auquel il convient de rendre hommage, ce qui est bien le sens de l’affiche de la première édition, qui était clairement adressée aux enfants.

affiche_fete_des_meres_1941
Affiche de 1941 (source : CRPD Caen)

La mère, une figure rédemptoire

Pour les idéologues de Vichy, la défaite de mai-juin 1940 venait, entre autres, d’un manque de poitrines, ce qu’a résumé la propagande par ce slogan : « trop peu d’enfants, trop peu d’armes, trop peu d’alliés, voilà les causes de notre défaite« . Les attitudes d’émancipation des femmes d’avant-guerre étaient clairement pointées du doigt et les femmes accusées d’une faute pour ne pas avoir eu suffisamment d’enfant. Enfanter était donc une façon de corriger cette faute.

Plusieurs mesures furent donc prise pour encourager les femmes (et les hommes) à procréer (un ménage sans enfant, un couple à la dérive, clame une affiche de 1940). La célébration de la figure maternelle entre dans ces actions. Cela se voit d’autant plus facilement dans l’affiche pour la journée des mères de 1942, qui montre clairement la beauté de l’enfantement, le comparant à une victoire sportive. La lumière venant du nourrisson se retrouve dans l’affiche de 1943, qui reprend aussi l’enfant remerciant sa maman.

 

Affiches de 1942 (source : Dinosoria) et 1943 (source : CRDP Caen)

Une autre mise en avant de la figure maternelle est à voir dans la loi du 18 mars 1942, rendant l’enseignement ménager familial obligatoire pour les filles, à l’école : il était bien question de conditionner les jeunes à ce rôle. Cet enseignement était doublé par la propagande dans une affiche de 1944 montrant une fillette jouant à la poupée avec ce slogan : « maintenant un jeu, plus tard une mission« , mais aussi une autre, développant toutes les vertus de la mère et concluant, s’opposant par là à une autre affiche sur la femme libre, qu’elle sert ; le terme servir peut être compris sous ses deux sens :

  • en opposition à la femme libre qui est une inutile ;
  • mais aussi comme rendre service.

Une politique rétrograde ?

La vision de la femme par les idéologues de la Révolution Nationale est clairement rétrograde. Elle s’inscrit d’ailleurs dans une optique plus générale de « respect des inégalités » homme-femme, qui fait que la femme ne peut avoir le même statut que l’homme. Ce sont de vieilles valeurs chrétiennes qui exigent qu’hommes et femmes soient clairement distingués et distinguables ; d’ailleurs le rappel à la religion se voit dans les affiches de propagande avec l’enfant source de lumière, tel un Jésus Christ, ou encore le brin de muguet, symbole de la Vierge Marie (sur l’affiche de 1944).

 

Affiche officielle de 1944 (source : Embruns) et religieuse de la même année (source : blog d’Erik Labrousse)

Mais il ne faut pas oublier que certaines mesures prises ne sont que continuation de politique d’avant-guerre. Ainsi l’allocation des mères de la loi du 19 mars 1941 peut se voir comme la suite des allocations familiales mis en places par le gouvernement Daladier, arrivés aux affaires le 12 avril 1938, pour lutter contre les naissances illégitimes : les familles les plus pauvres n’avaient pas les moyens de subvenir aux besoins d’un enfant. Et l’inégalité homme-femme n’est qu’une des tendances qui agitaient la société, face aux revendications de plus en plus affirmer des femmes pour se libérer de la tutelles des hommes.


Le fête des mères, si elle est un acte de célébration inscrit dans la Révolution Nationale, n’est en aucun cas une création du régime de Vichy. Comme beaucoup de choses qui le concerne, les racines sont à chercher avant-guerre, dans l’évolution de la société et ses oppositions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s