Bête curieuse

La Bête s’explique en toute intelligence :

En général, quand je sors, je ne regarde pas trop comment les autres gens se comportent vis à vis de ma façon d’être habillé. Mais voilà, depuis quelque temps, j’y fais plus attention.

my-god
Il porte un kilt ! Oh, mon Dieu !

Lorsque je suis en jupe longue, les gens sont plutôt neutres et se fichent bien de moi. En même temps, comme il y a beaucoup d’automobilistes dans le lot, c’est rassurant. En revanche, quand je porte le kilt, c’est différent. Il y a plus de monde qui me regarde. Mais ce qui est gênant, c’est que ces regards sont souvent très insistants. Comme si j’étais une bête curieuse. Bon ! c’est vrai, des hommes en kilt, par chez moi, il n’y en a pas tant que ça – en fait, je suis bien le seul à porter ce vêtement. C’est sûr que le Balmoral ne coiffe pas non plus beaucoup de têtes, hormis la mienne.

Alors oui, je dénote. Mais est-ce une raison pour me détailler comme si j’étais une bizarrerie de l’espace-temps, un électron venant de franchir un puit de potentiel ? Parce que, ces regards sont réellement gênants ! C’est sûr, ce n’est pas la même chose que se faire mater avec insistance, de sentir que l’on attise un désir charnel bien malgré soi. Mais tout comme une femme ne découvre pas ses jambes pour qu’on lui saute dessus, je ne porte pas le kilt pour qu’on me dévisage, qu’on me reluque ou qu’on fantasme à pas cher. En kilt je suis moi et cela est-il si extraordinaire ?

Je porte le kilt parce que j’aime ce vêtement. Je suis à l’aise dedans, je me sens moi, plus que dans un pantalon. J’aime sentir le frais dessous, le froid contre les genoux. J’apprécie de pouvoir montrer la galbe de mes mollets musclés, grâce aux bas que je porte avec – hier, je me voyais en photo avec un jean assez récent et j’ai été horrifié de constater qu’il me faisait des jambes semblables à des allumettes. J’adore la sensation d’aisance dans la marche que l’on éprouve, pas après pas, le balancement du vêtement qui rythme l’allure, comme un tambour silencieux qui marquerait la cadence.

kilt-revolt
Image réalisée grâce à sp-studio.de

Moi, je ne vous reluque pas lorsque vous portez vos vêtements moulants, qui doivent vous forcer à ne pas inspirer trop fort sous peine de les déchirer. Je ne vous envoie pas toute ma morgue et mon dégoût parce que vous me donnez l’impression de ne pas respecter votre corps en vous conformant niantement aux diktats de la mode, ou que vous êtes fringués comme des sacs, sans respect pour votre amour propre. Vous me choquez à double titre et peut-être que je suis trop con de ne pas vous le montrer… ou trop poli.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s