Virée à Paris

Samedi, il y avait rassemblement avec les Hommes en Jupes (HEJ). J’y suis allé avec ma jupe longue, qui a fait  sensation . Avant de retrouver les membres, avec ma copine, nous avons fait un tour par la boutique La Maison du Kilt.

Accueil chaleureux par le vendeur habillé… en kilt. Ben, oui ! c’est tout de suite plus crédible ! Pour être très honnète, son habit était magnifique, dans des teintes neutres, très automnales mais qui ne faisait pas fades du tout… un peu comme les bois en cette saison mais avec moins de orange. En le voyant, on changeait d’univers, de monde, comme une sorte de voyage dans un autre temps, une ambiance chaude et reconfrotante à des lieux du temps froid et humide qui nous attendait dehors. Ma copine a donc opté pour un minikilt (elle était venue pour ça) et moi pour un day sporran et une paire de chaussettes bleues – j’étais venu pour ses dernières car c’est dur à trouver, ce que m’a confirmé le vendeur (mais j’aime désirer des trucs rares ou introuvables).

Après ces emplettes, nous avons retrouvé les hommes en jupes qui étaient rassemblés autour de la camionnette de l’équipe de Hiatus. L’accueil a aussi été chaleureux de la part de tous. Il est dommage que nous ayons été si peu nombreux mais, il est vrai que la météo n’incitait pas à la balade. Nous n’avons cependant pas passer tant de temps que ça dehors, entre le resto et la visite de l’après-midi. Bref, comme toujours, le plus dur était de faire le premier pas pour sortir de chez soi et se retrouver dans l’inconfort du dehors. Ceci dit, cela avait un avantage : on peut plus facilement discuter avec les uns et les autres. Et se rendre compte que les porteurs de jupes sont réellement des gens comme les autres, avec des passions diverses et variées, partagées par d’autres.

Rencontrer l’équipe de Hiatus a aussi été intéressant. Ça permet déjà d’humaniser les relations, car jusque là je n’avais eu que des « cyber-contacts » avec eux (comme avec les membres de HEJ) lorsque je leur commandais une jupe. Leur prix ne sont pas très attractifs mais, à la discussion, je comprends mieux les raisons (marché de « niche », nécessité de vivre de son activité etc.). Comme ils étaient venus nous présenter leur nouvelle collection, j’ai pu essayer un kilt qui me  plaisait  bien (mais pas dans la couleur que je voulais car ils ne l’avaient pas à ma taille) et discuter avec eux de petites modifications pour que le port du sporran soit possible avec (restera à faire les flashes, quoique…). Quand j’ai vu le prix, c’est sûr que j’ai trouvé ça élevé, mais ça ne m’a pas choqué. En fait, je pense que lorsque l’on essaye le vêtement, qu’on est vraiment bien dedans (je n’avais pas froid avec) c’est un autre raisonnement qui s’installe que lorsque l’on est derrière son écran : on est moins pris par les sentiments, comme le confort, la joie de se trouver beau etc. et on réfléchit plus, se demandant si ça vaut vraiment le coup etc.

Bref, nous sommes revenus bien fourbus, mais contents  de cette virée parisienne et de ces rencontres.

Publicités

2 réflexions sur “Virée à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s