La robe

Un dramatique accident a bien failli se produire ! Je passais le balai dans ma chambre, debout sur mon matelas. Soudain, je fis un pas en arrière. C’est alors que mon sarouel en profita pour tenter de me faire choire ! Pourquoi ce croc-en-jambe ? Un message subliminale pour que j’investisse dans une robe noire de soubrette ?

La robe au masculin !

soutane
source : a403.idata.overblog-com/1/70/15/79/maisquiestarbon9

La robe est encore portée par les hommes dans deux secteurs d’activités, dont elle est presque symbolique : l’église et la justice. En effet, la soutane du prêtre, comme la robe de l’avocat, du juge ou du procureur, est un habit de travail qui comporte une jupe couvrant les jambes, ainsi qu’un buste et des manches. Mais il s’agit plus d’un surtout ou d’un pardessus que d’un vêtement à part entière : leurs porteurs les revêtent par-dessus leurs « costumes » plus conformes aux us de la société et non directement par-dessus leur sous-vêtements.

Bon ! Mais peut-on pour autant pour autant porter une robe, comme nos homologues de la gente féminine quand on est un homme ? Si certaines de leurs jupes peuvent nous aller, je ne pense pas que ce soit le cas de leurs robes. En effet, le buste féminin est physiquement différent de celui de l’homme. Or les robes de femmes sont conçues pour s’adapter à la morphologie féminine, pas à la nôtre. Le port d’une robe de femme par un homme ne me parait donc pas gracieux.

La tunique, clé de la solution ?

Toutefois, il ne faut pas oublier que, pendant longtemps, l’habit masculain a été une sorte de tunique : saie gauloise, philibeg écossais, toge et tuniques romaines (« ordinaire », laticlave, palma, dalmatica…), chiton et exomide grecs… Hors, la tunique, c’est l’ancêtre de la robe ! La tunique faisait toujours partie du costume occidental pendant le Moyen-Âge, même si elle commençait à être portée avec chausses et haut-de-chausse, donc une sorte de pantalon. On la retrouve encore portée dans le monde muslman sous la forme de la djellaba ou la Kameez afghano-pakistanaise (avec un pantalon dans ce second cas).

dsc09897
Croquis d’une kameez « occidentalisée »; elle ressemble beaucoup à une chemise dont les pans seraient très longs. Les échancrures que j’avais envisagées me paraissent difficilement compatibles avec le port jambes nues (sauf à mettre un bermuda)

Alors, pourquoi ne pas revenir à la tunique ? Ce vêtement me paraît adapté au forte températures que nous avons connues cet été et que nous subiront encore certainement ces prochaines années. Aujourd’hui, il en existe pour homme, vendues pour faire de la reconstitution médiévale. Un homme vêtu d’une telle tunique aurait l’air de sortir des couloirs du temps. Mais pour certains sports, comme la course à pied, cela pourrait être un vêtement tout à fait valable. Pour la plage également, je pense. Pour la ville, on peut s’inspirer de certaines djellabas encore portées en Arabie, et dont certaines possèdent un buste ressemblant à celui d’une chemise moderne. Reste à développer les vêtements et accessoires portés autour – chaussures, vestes etc. – pour obtenir une tenue moderne et confortable ; là encore nos camarades en djelabba ou kameez pourraient nous apporter des solutions.


Alors ? Porter une robe de soubrette pour faire le ménage, hors de question en ce qui me concerne ! Mais pourquoi pas un chiton noir ? ça c’est tout à fait envisageable. Mais je serai ravi d’avoir d’autres avis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s