Il faut profiter du beau temps

Hier, seule journée d’un temps agréable ; une journée idéale pour sortir en jupe. J’ai toutefois eu un soucis pour choisir les chaussures. J’ai d’abord opté pour mes chaussures de rugby marron, avec les lacets remontant le long du mollet comme des sandales romaines mais je trouvais que ça n’allait pas avec le reste. J’ai donc préféré des chaussures de marche très aérées, sans être totalement convaincu. Je pense que des baskets marron un peu « streetwear » auraient été mieux.

Je suis allé faire des courses ainsi vêtu, dans plusieurs magasins. Je n’ai essuyé aucune critique ni moquerie. J’ai sans doute la chance d’habiter un secteur assez tolérant ou totalement désintéressé par l’habit d’autrui. Je reste toutefois surpris du nombre de gens qui ne se découvrent pas : comme ils doivent avoir chaud !

Histoire d’un succès

Aujourd’hui réunion associative. J’arrive en retard, quoique, comme ça n’a pas encore commencé, je peux légitimement prétendre être encore en avance ! J’entre péniblement dans le local, gêné par mes sacs et la foule qui se presse près de l’entrée… ainsi que ma fâcheuse manie d’ouvrir à peine les portes pour entrer plus Lire la suite

Tourisme en jupe

J’ai reçu une amie. Comme il faisait beau et chaud, j’avais donc mis mon kilt vert en coton. L’amie n’a pas été choquée. Nous nous sommes promenés deux après-midi et n’avons rencontré aucun regard réprobateur ni moquerie.

C’était la première fois que je testais ce kilt dans un climat adéquat. je dois dire qu’il est très agréable, on se sent vraiment bien dedans. On oublie sa longueur plus faible qu’un kilt traditionnel, on en oublie même qu’on porte une jupe. Les deux mains dans les poches, c’était comme si je portais un bermuda, mais en bien plus confortable.

Et le plus, c’est que ce matin j’hésitais entre kilt traditionnel et kilt en coton ; mon amie m’a dit : comme hier, c’était très bien. Je n’en espérais pas tant et j’ai eu des étoile plein les yeux. Lire la suite

Mini-jupe

J’avais dans ma garde-robe une mini-jupe portefeuille pour femme, trop grande de deux tailles. Quitte à devoir la mettre à ma taille, je me suis donc résolu à la masculiniser en changeant le sens d’ouverture : le tablier est devenu sous-tablier et vice-versa. Je trouvais ça sympa d’avoir une jupe un peu courte, même si la matière et le fait qu’elle soit doublée me fait douter que je puisse la porter en été.

J’ai donc décousu le bouton pour le déplacer. Comme je ne pouvais pas enlever les crochets et leurs accroches, j’ai opté pour une fermeture velcro. J’avais un reste de velcro adhésif. C’est génial : ça ne tient absolument pas et il faut le coudre ! Alors certes, point besoin d’épingle pour qu’il daigne tenir en place durant l’opération, mais j’y ai cassé une aiguille (pourtant grosse) et me suis percé un ongle ! Et je ne vous raconte pas le nettoyage des résidus de colle qui se fixent sur l’outil… Bref que du bonheur, que dis-je, un régal !

Tout ça pour me rendre compte que, ben en fait non, je ne suis pas du tout à l’aise avec ce petit bout de tissus sur les fesses. Je n’assumerai pas de porter ce vêtement, sauf peut-être pour aller à Carnaval (mais ce n’est pas sûr). Donc au final beaucoup de peine, de souffrance, de larme et même de sang, pour… que dalle.

Alors, un homme peut-il porter une mini-jupe ? Certains le font et ça leur va parfois très bien. Mais moi… ben moi… non ! je ne suis pas prêt. En même temps, je ne mets des shorts courts que pour faire du sport, jamais pour sortir. Si je ne suis pas particulièrement à l’aise avec un short court pourquoi le serais-je avec une mini-jupe ? En tout cas, il fallait essayer.