Kilt cover

Durant la première guerre mondiale, les soldats écossais ont porté un équipement spécifique pour protéger leur kilt. La vie dans les tranchées, avec la boue, la pluie, les eaux stagnantes, rendit peut-être plus nécessaire le port de ces équipements que lors des précédents conflits, la nécessité du camouflage peut-être aussi.

Deux types de protections ont existé. La première, baptisée kilt apron, était un simple tablier qui protégeait l’avant du kilt. La seconde était un « surkilt » qui englobait tout le vêtement. Le kilt cover, comme le kilt apron, était taillé dans une forte toile de coton beige. Sa face avant était dotée d’une poche plaquée, fermée par un rabat, qui rappelait le sporran. Sa face arrière était dotée de six plis plats et un pli creux, pour conserver une aisance des mouvements. Ce vêtement se fixait grâce à six lanières de tissus que l’on nouait deux à deux.

somme 1916
Des hommes du 9ème bataillon du Highlander Light Infantry, à Fricourt (Somme) durant l’automne 1916. Les hommes portent le cover kilt. (copyright IWM Q 4455)

C’est donc un kilt cover que je me suis attaché à réaliser, afin de pouvoir porter mon kilt avec plus de sûreté lors des séances de marche nordique. Le travail n’est pas très difficile à faire mais le tissus que j’ai choisi est trop raide : il conviendrait beaucoup mieux pour confectionner des sacs. Cette raideur se ressent dans les parties pliées qui ne bouge absolument pas ainsi que, lorsque je l’enfile : j’ai du mal à le serrer à la taille. Mais à la marche cela ne pose pas de gros problème.

Tout d’abord, il faut découper une bande de tissus en prévoyant la longueur nécessaire à la réalisation des plis (deux fois la largeur du pli pour les deux extrêmes, trois fois la largeur du pli plus 1 cm de sécurité pour les autres). J’ai fait, faire la face arrière rectangulaire et l’avant trapézoïdale ; je me demande s’il ne vaut mieux pas faire deux trapèzes. La largeur d’un pli est obtenue en divisant votre tour de taille arrière par le nombre de plis qui l’occuperont (ici cinq car les deux extrêmes prennent place sous le tablier).

kilt cover.01
Création des plis

On place ensuite les repères pour les plis ; on les réalise, puis on coud la partie haute sur une longueur allant de la taille aux fesses, environ. On découpe alors la ceinture. On installe deux des lanières de serrage et on coud les deux bords de la ceinture. Il reste ensuite à la fixer au corps du protège-kilt. Enfin on termine par la pose de la poche et des quatre autres lanières. Et voilà les grandes lignes : je rédigerai un tutoriel plus détaillé lorsque je ferai un kilt (c’est assez proche).

J’ai beaucoup tâtonné. Mon modèle était d’abord trop large. Malgré un essai, je l’ai trop raccourci (de peu). Reste à le couper car il est trop haut, ce qui rend son port désagréable en descente car les mollets butent dedans.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s