Bienvenue !

Salut à toi, visiteur !

Je suis un récent porteur de kilt. Depuis que je l’ai essayé, je ne peux plus m’en passer. Pourquoi en faire un blog ? Et bien parce qu’un homme en jupe – je sais, pour les puristes, un kilt n’est pas une jupe – c’est rare. Et c’est en voyant d’autres hommes porter des jupes, que certains oseront franchir le pas. Alors, plus nombreux nous seront, mieux ce sera.

Ce blog sera donc un journal intime de ma vie en kilt, avec mes (futures) créations, mes « aventures », mes doutes et mes joies ! Donc un peu plus qu’un simple blog de mode. J’espère aussi qu’il deviendra un lieu d’échange entre porteurs de kilts et/ou de jupes et aspirants porteurs.

 Bonne lecture

Grâce à quelques conseils d’un ami – je le remercie encore chaudement – les visites ont augmenté. Mais les commentaires sont toujours aussi peu nombreux. Je n’ai nécessairement besoin d’encouragement, mes des avis sur mes réflexions ou mes tenues seront toujours les bienvenus ; n’hésitez donc pas à commenter même si ce n’est que pour me féliciter. Par ailleurs, Kiltoblog possède sa page Facebook et son compte Twitter, sur lesquels, il est possible d’échanger plus largement.

Publicités

Élégance

Naturelle élégance

Un kilt à succès

Il faut croire que ce n’était pas Paris, mais le tartan qui fut à l’origine de tant de compliments. Il y a quelques semaine, j’avais mis le kilt Chevalier breton. Et je suis sorti faire des courses. En bas de l’immeuble, je croise un distributeur de pub, qui remarque ma tenue et me demande si je suis anglais et me complimente. Et d’un ! Lire la suite

Curiosité fantasmée ?

La curiosité de l’après-midi ?

Est-ce qu’aujourd’hui est un mauvais jour ? Est-ce que ma parano a décidé de s’exprimer plus fort qu’à son habitude ? Suis-je plus réceptif qu’à la normale ? Les gens ont-ils simplement pris trop de confiance ?

Tant de questions qui bouleversent mon esprit… En effet, à l’occasion d’une petite sortie chez les commerçants, j’ai l’impression d’avoir suscité plus de curiosité que les autres jours ! mais aussi, hélas, qu’on se gaussait plus facilement de moi.

Tout avait pourtant si bien commencé ! Lire la suite

Long silence

Un long silence

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas publié sur Kiltoblog. Près de deux mois et demi ! c’est long, en effet. Pourquoi ?

Disons-le franchement, l’objectif que je m’étais fixé n’est pas atteint et semble hors de portée. Je pensais que j’aurais des commentaires – bons comme mauvais, surtout mauvais, en fait – mais force est de constater que ceux-ci se comptent sur les doigts d’une main. 😥 Et c’est agaçant car cela donne l’impression de ne pas être lu et, à la longue, cela devient démoralisant.

Mais il y a aussi la conjoncture. En effet, je pense être arrivé au bout. Au bout de la découverte de la jupe et du kilt. Je suis rentré dans une sorte de régime permanent, où les sorties se succèdent, les rencontres et les échanges également. Il y a beaucoup moins de neuf. Je pourrais continuer à poster des articles sur mes looks, mais :

  • Comme je ne change pas ma garde-robe tous les ans, le renouvellement va forcément s’en retrouvé limité ;
  • Je n’ai jamais voulu faire un blog qui se limite à la mode, mais embrasser toute la problématique du port de la jupe par les hommes.

Ainsi, il était évident que la pause s’imposait. J’ai même songé un temps à arrêter…  mais mon éternel optimisme m’en a dissuadé.

Avec l’été et les températures élevées apparaissent de nouveaux besoins que les magasins ne peuvent assouvir : les jupes pour homme restent toujours aussi rares en prêt-à-porter ! 😮 Toutefois, j’ai fais le plein de tissus – pas folle, la guêpe !– et j’ai quelques modèles qui ne demandent qu’à passer du papier au porter. Cet hiver et ce printemps, un projet de couture m’a pris énormément de temps mais il m’a apporté beaucoup en matière de technique et de confiance.

Il est donc plus que probable que Kiltoblog prenne un second souffle à l’occasion de ces projets de couture et, surtout, de leur réalisation prochaine. Le danger sera de ne pas tomber dans l’unicité de ce sujet mais, pour ça, faisons confiance à l’actualité 😉

Retex

Le Retex* de mon kilt « militaire »

En portant mon kilt camouflage, j’ai eu quelques déconvenues. D’abord, le tissu noir que j’avais choisi est trop rigide ; mais contre ça, il n’y a pas grand chose à faire sinon découdre et remplacer ! Par contre, j’avais cousu trop rapidement la ceinture et cela devait être repris. Sur le coup, j’avais camouflé (désolé !) cette monstrueuse bévue en jouant sur l’espace entre les boutons : le subterfuge avait bien fonctionné mais ce n’était qu’un pis-allé.

kilt mili.01
La face avant…
kilt mili.02
… et l’arrière

J’ai donc repris cette ceinture pour enlever tous les petits défauts que j’y avais laissés et notamment la couture d’un des bords. Avant de surpiquer l’extérieur, j’ai choisi d’ajouter quatre passants de ceinture. En effet, à l’usage, il a été nécessaire de porter une ceinture pour maintenir la jupe à sa place – j’ai beau prendre mes mesures et les respecter, je taille toujours trop grand 😮 ! Les boutons ont ensuite été déplacés de façon à prendre leur « vraie » place.

Seulement est apparu un dernier souci : comme il n’y a pas de bouton sur la ceinture, la jupe s’ouvre à cet endroit et ce n’est pas très beau. Je l’avais remarqué durant l’été dernier et quelques rapides « simulations » m’ont montré que cela persisterait. J’ai donc rajouté une agrafe pour pouvoir la maintenir à la bonne circonférence, avant terminer les travaux de couture sur la ceinture.

Et voilà le résultat :

kilt mili.03
J’ai choisi quelque chose de simple avec un t-shirt blanc uni et des mocassins en cuir, achetés aux soldes. Voilà un ensemble idéal pour les températures estivales.

Étant donné qu’il s’agissait de la deuxième jupe que je créais, le Retex reste très important pour arriver à un habit vraiment agréable à porter. Le résultat me satisfait pleinement et je vais m’atteler désormais à la confection d’un nouveau modèle.

*Retex : RETour sur EXpérience (terme militaire)

Convergence d’idées

Une convergence sur la mode

J’ai déjà eu l’occasion de parler de Virginie Vota et de dire ce que je pensais de ses idées. Poussé par une curiosité, je dois l’avouer, un peu malsaine, je suis retourné sur sa chaîne pour voir ses nouvelles vidéos et je suis tombé sur celle-ci :

Un discours très orienté :

Le début de la vidéo est très pertinent, je m’y retrouve totalement. Mais voilà, le reste du discours est très orienté et sous tendu par des idées religieuses, ce qui, selon moi, lui fait perdre toute universalité, donc diminue sa portée.

On a souvent tendance à fustiger les intégristes musulmans qui veulent cacher leurs femmes sous un voile, quand ce n’est pas une burka ou un hijab. Force est de constater que les intégristes catholiques ont des idées similaires, même si les robes s’arrêtant au genoux sont tolérées et que le voile n’est pas rétabli. Quoi qu’il en soit, ce type de discours est très culpabilisant envers la femme qui doit faire preuve de décence et de modestie vestimentaires. Pourtant, les vêtements serrés sexualisent autant le corps de la femme que celui de l’homme. Dans les deux cas, il s’agit bien d’une pudeur hypocrite puisque qu’on recouvre le corps tout en montrant les moindre détails. Pourquoi seules les femmes devraient se garder de les porter ?

Dommage, parce qu’effectivement l’auteure de la vidéo met en avant des vêtements dont la coupe n’en fait pas des sacs à patates informes, contrairement à ce qu’on pourrait penser en voyant l’idéologie sous-jacente. Il y a une alternative intéressante pour celles – nous sommes oubliés – qui voudraient être féminines tout en sortant des diktats de cette mode qui, à mon avis, ne va qu’aux être filiformes.

Un oubli fondamental :

Mademoiselle Vota profite de sa vidéo pour partir en croisade contre mini et micro jupes ; les shorts sont oubliés – curieux… Si je partage son point de vue concernant les micro vêtements, je pense qu’une femme en mini-jupe n’est pas forcément vulgaire. J’ai le souvenir d’une jeune collègue qui portait souvent ce genre de vêtement ; et qui était plutôt belle ainsi. À peu près à la même époque j’avais vu, de dos, une adolescente en short pas-micro-du-tout et même plutôt « habillé » mais qui m’a pourtant paru très vulgaire.

Où est-ce que je veux en venir ? Et bien oui, il semble exister un fantasme sur les jambes des femmes voir une sexualisation portée sur la cuisse, parce que ça reste une partie du corps peu dévoilée – et l’auteur de cette assertion de justifier par la longueur des robes d’alors le fantasme sur les chevilles au Moyen-Âge. Est-ce que la cuisse nue a le même attrait chez les populations vivants quasi-dévêtues ? Je ne sais pas. Mais, si je suis sensible à de jolis jambes, je n’ai pas pour autant envie de sauter sur toutes les femmes qui portent des jupes s’arrêtant à mi-cuisse ou plus haut ! Je me contente de trouver cela joli ou non.

En fait, si j’en reviens à la différence de perception entre ma collègue et l’adolescente aperçue dans la rue, se dégage un point qui me parait important et oublié : la façon dont on est dans ces vêtements. Je pense que même avec une jupe ou une robe modeste, « mon » adolescente m’aurait toujours parue vulgaire et ma collègue coquette (c’était son terme). Condamner la mini-jupe me parait donc de la pure idéologie, même s’il faut reconnaître on peut tout à fait être attirant(e) sans en montrer trop, donc que ce vêtement court doit être dissocié de la séduction.

Une autre idéologie :

Dans cette vidéo, « parler chiffon » n’est qu’un prétexte pour opposer notre société laïque à une autre, basée sur les préceptes de la religion chrétienne. Effectivement, suivre aveuglément la mode parce que c’est la mode et qu’il faut vivre avec son temps est stupide. Vivre avec son temps ne signifie pas suspendre sa réflexion et suivre aveuglément un troupeau. Mais on peut être critique sans se référer à une quelconque morale imposée. Et si je partage cette vidéo, ce n’est pas pour faire de la pub à son auteure mais bien pour montrer un danger.

Je ne souhaite pas revenir vers le kilt ou le chiton parce que je me dis, pour paraphraser le poète : « Oh, la mode ! c’était mieux avaaannnt ! » Non, si je pense que ces vêtements sont plus appropriés à notre mode de vie, je veux les porter de façon moderne, c’est-à-dire que je fais un tri entre ce que me propose les magasins actuels et ce qui se faisait avant. Je prends ce qui me parait le meilleur, c’est un choix subjectif et il ne peut en être autrement.

On peut donc choisir d’abandonner les décoltés et les mini-jupes pour porter des vêtements plus couvrants. Il n’y a et ne dois y avoir aucune obligation à découvrir ou montrer son corps pour se sentir joli(e), l’essentiel est d’être à l’aise dans ses baskets, indépendamment de ce que peuvent dire la société ou les livres saints.